AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Nous recherchons des persos adultes (mangemorts, profs, personnels, commercants, etc),
mais si vous tenez vraiment à jouer un élève, sachez que la maison des serdaigles vous 
acceuillera à bras ouvert car elle à grand besoin de votre activité pour la booster !
 
!!! Pour le passage des élèves pour l'année 2010/2011, merci de lire ceci. !!!

Partagez | 
 

 Rien qu'un simple verre (Voltore)

Aller en bas 
AuteurMessage
Allegra Stepanovitch
Professeur
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Professeur de DCFM
Réputation : 2
Points d'expérience : 29
Date d'inscription : 01/08/2009

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Veuf(ve)
Parents: Sorciers de Sang pur

MessageSujet: Rien qu'un simple verre (Voltore)   Lun 14 Sep - 17:44

6 Septembre – Haut lieu de l’allée des Embrumes
Rien qu’un verre


    J’entrai dans le bar, d’une démarche impériale. Certains pourraient penser que je ne collais pas du tout à l’image que l’on se faisait habituellement des clients de ce bar de l’allée des embrumes, mais c’était faux. Les gens qui fréquentaient cet état dégageait tous une classe pas possible, ils étaient certainement tous richissimes. C’était à celui qui en mettrait plein la vue. Malheureusement pour ces imbéciles, j’étais celle qui en mettait plein la vue. Et je n’avais même pas besoin de faire beaucoup d’effort pour cela. Mes cheveux étaient simplement lâchés dans mon dos, mais dont aucune mèche ne semblait daigner se rebeller, mes lunettes fines qui me donnaient plus un air félin que sévère parfaitement ajustées, un rien m’habillait, et en l’occurrence, surtout lorsque ce rien n’est rien d’autre qu’une jupe noire droite et haute Chanel, ornée d’une fine ceinture de taille et lorsque le tout est complété par un chemisier bleu foncé d’un autre grand couturier. Le tout mettant en valeur ma silhouette de rêve à la perfection C’était bien la seule chose que j’aimais chez ces moldu, la haute couture. Je m’avançai d’un pas sur dans le bar, mes talon plutôt haut claquant sur le sol, en captant des bribes de conversations sans vraiment chercher à le faire. Je m’assis au bar, tout en adressant un sourire ravageur au serveur, avant de commander à boire.

    Une Vodka. Et Russe bien entendu, ce n’est pas la peine de m’amener un verre de votre infecte Vodka Anglaise.

    Agrémentez d’un accent Russe, mais d’une parfaite maître de la langue Anglais le tout sur un ton hautain et prétentieux, et vous aurez une idée assez précise de la scène. Je m’assis sur un tabouret, appuyai mes coudes sur le comptoir avant de croiser les jambes. Le barman revint quelques secondes plus tard, comme s’il s’était pressé pour ne pas me faire attendre. Et il avait bien raison. On ne me faisait pas attendre.

    Je laissai mon regard vert balayer le bar. J’en avais fait des conquêtes ici. Les trois quarts de la clientèle étaient composée de riches hommes mariés, à la recherche de quelqu’un avec qui s’amuser un peu. Le dernier quart rassemblait des personnes parfois très très intéressantes... Ils devenaient malheureusement de plus en plus rares. Les personnes intéressantes, mangemorts par exemple, commençaient à éviter ce bar. On était dans l’allée des Embrumes, mais quelque chose se préparait, profilait à l’horizon, et ils se faisaient prudents, et surtout devaient avoir à faire. Un sourire illumina mon visage, alors que je laissai quelques gorgées du breuvage couler dans ma gorge.

    Je voulais à tout prix en être.

    Déjà, je m’ennuyais. C’était un fait prouvé. L’enseignement m’ennuyait, et surtout, les élèves m’ennuyaient. La rentrée avait eu lieu une semaine auparavant, et ils m’ennuyaient déjà. Tous, sauf Lestrange.

    Elle, elle m’agaçait.

    Je ne savais absolument ce qu’elle avait vu Mercredi. Au cours suivant, elle était restée tranquille, et n’avait presque pas prononcé un mot durant le cours de défense contre les forces du mal. Or, ce n’était pas normal. La petite avait forcément vu quelque chose qui l’avait poussée à rester sur ses gardes. Mais quoi ? Oh, ce n’était pas très dur à deviner. Mais je ne pouvais que faire des suppositions. Mon sourire s’était effacé de mon si beau visage, et j’étais à présent songeuse. Si bien que je n’entendis pas la personne qui venait d’entrer dans le bar tirer le tabouret pour s’asseoir à côté de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voltore Tenebrae
Mangemort
Mangemort
avatar

Masculin Nombre de messages : 31
Age Réel : 29
Localisation : Partout
Emploi (ou maison) : Mangemort
Loisirs : Tuer, faire le mal, servir les ténèbres
Réputation : 6
Points d'expérience : 41
Date d'inscription : 28/05/2009

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Célibataire
Parents: Sorciers de Sang pur

MessageSujet: Re: Rien qu'un simple verre (Voltore)   Mar 15 Sep - 16:14

Le mangemort encapuchonné avait ouvert la porte et pénétré dans le bar sans émettre le moindre son. Son déplacement ressemblait d'avantage à une lévitation qu'à des pas, aussi silencieux que la tombée de la neige en hiver. Sa capuche lui couvrait tout le haut du visage, et avec l'ombre qu'elle dégageait, seul le bas de son nez et sa bouche étaient visible. Le mangemort se dirigea instinctivement vers le bar, et ne fut pas long à reconnaître la silhouette d'Allegra Stepanovitch, veuve de Stanislas que Voltore avait déjà eut l'occasion de rencontrer. Il décida donc de tirer le tabouret situé à son côté. Comme le mangemort était recherché, il ne pouvait pas se découvrir au grand jour, même dans un bar de l'allée des embrumes, les risques étaient de plus en plus considérables. La plupart des sorciers présents dissimulaient d'ailleurs leur visages, ou, Voltore en était persuadé, utilisaient du polynectar. Le célèbre mangemort n'avait pas besoin de cela, au pire, s'il se faisait prendre, il tuerait quiconque voudrait le dénoncer, et comme tout le monde le savait, alors personne n'oserait faire quoi que ce soit. C'était ainsi lorsqu'on était le sorcier le plus craint du moment, et cela n'était pas pour lui déplaire. Le barman, qui avait l'habitude de lui l'avait reconnu et commençait déjà à trembler, se précipitant derrière le comptoir pour le servir. Qu'il pouvait l'agacer celui la...

« Comme d'habitude. »

Déclara t-il entre ses dents de sa voix glaciale et tranchante comme de l'acier. Le barman s'empressa de servir un verre d'une substance dorée qui avait tout de l'apparence d'un wisky, puis le posa devant lui, mais assez loin pour éviter tout contact physique. Voltore ne bu pas tout de suite. Il attendait. Maintenant qu'il avait parlé, Allegra devait l'avoir reconnu. Toujours en fixant son verre, il attendait que celle-ci daigne lui parler si telle était sa volonté, sinon, il resterait là et l'ignorerait, comme si de rien n'était. Le mangemort n'avait pas particulièrement besoin de relations humaines, il voyait déjà bien suffisamment ses stupides serviteurs et autres mangemorts en tout genre. Il ne connaissait pas plus que ca la veuve. Tout ce qu'il savait d'elle, c'était qu'elle était russe et qu'elle enseignait à poudlard les défenses contre les forces du mal, et rien que cette infime information lui suffisait pour ne pas lui adresser la parole en premier. Elle n'avait pas rejoint le clan de son mari à la chute du seigneur des ténèbres, elle avait choisi la facilité, la traitrise et la lâcheté. Voltore ne la connaissait que trop peu pour lui en vouloir. Combien de sorciers étaient dans son cas pour protéger leur peau? Aujourd'hui, le mangemort devait voir bien plus grand que cela... Peut-être qu'Allegra finirait par le rejoindre lorsqu'il tenterait une prise de pouvoir ou une fois qu'il serait le tout puissant. Si elle avait été mariée à un mangemort, c'était qu'au fond d'elle, elle n'était pas désintéressée par la magie noire, loin de la. Voltore ne rejetterait jamais les sorciers voulant se joindre à lui, tels qu'ils soient. Il fallait qu'ils soient en nombre pour faire face. Les anciennes trahisons ne le concernant pas étaient à effacer. Mais bien sur, si lui même avait été trahis, le cas aurait été très différent... Le sorcier ayant fait cela ne pourrait plus le rejoindre, puisqu'il ne serait plus de ce monde.

Voltore était venu dans le bar pour prendre un peu de nouvelles du monde extérieurs, de ce qui se disait et ce qui se préparait. Rester enfermer tout le temps dans sa planque ne lui apprenait pas grand chose. Est-ce que d'autres mangemorts s'étaient évadés? Le croyait-on de nouveau mort? Le fils Nelsen avait-il été révélé au grand jour? La rentrée s'était-elle passée normalement à poudlard? Y avait-il eut des trahisons ou retournements de situations? Il y avait bien trop de choses qu'il ignorait. Certes, le plus souvent, Tenebrae ne faisait pas le déplacement lui même, il préférait envoyer le borgne, mais en ce moment, celui-ci était justement envoyé en mission à l'étranger pour environ 2 semaines. C'était bien trop de temps sans nouvelles extérieurs, et Voltore ne voulait pas envoyer un incapable qui se serait fait prendre, c'était lui qui devait y aller. De plus, comme il était Animagus en vautour et que personne excepté certains mangemorts le savait, le déplacement était bien plus discret et il ne laissait pas de traces derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allegra Stepanovitch
Professeur
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Professeur de DCFM
Réputation : 2
Points d'expérience : 29
Date d'inscription : 01/08/2009

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Veuf(ve)
Parents: Sorciers de Sang pur

MessageSujet: Re: Rien qu'un simple verre (Voltore)   Mar 15 Sep - 21:45

    Je n’avais donc pas entendu le célèbre mangemort s’asseoir à quelques centimètres de moi. Mais je sentis tout de même une présence. Un homme, encapuchonné, jusqu’au nez, que je ne pouvais de toute façon pas apercevoir. Je pouvais très bien, grâce à mon don, se faire lever un peu de vent et faire glisser la capuche, mais j’avais le sentiment que ce n’était pas du tout la chose à faire. Et c’est à ce moment qu’il commanda sa boisson.

    Il était possible que j’oublie un visage, une allure, mais jamais, non jamais je n’oublierai une voix. Non, c’était le genre de chose qui retenait totalement mon attention. J’étais parfaitement capable de reconnaître une voix que je n’avais entendue que quelques secondes, et des années auparavant. Hors, cette voix, je le connaissais. C’était cette de Voltore Tenebrae, l’une des figures les plus importantes des mangemorts en ce moment. Brandon Nelsen et lui coopéraient, mais je savais qu’ils se battaient tous deux pour le pouvoir, et le poste laissé vacant depuis la mort du seigneur des ténèbres. Voltore n’était qu’un petit mangemort d’une importance mineure, lorsque je l’avais rencontré. Il était à peine plus vieux que moi, et à cette époque là, c’était un jeune plein d’espoir. Mais ça s’arrêtait là. Il était venu quelques fois au château, mais je ne lui avais adressé la parole qu’une seule et unique fois.

    Je tournai lentement ma tête vers lui, d’un air impérial et supérieur, qui ne quittait jamais mon visage et mon allure, même en cas de danger, ou de respect. Chose qui était très rare. Non, en fait il n’y avait personne que je respectais en ce bas monde. Je cherchai un instant. Non. J’avais toujours eu un tempérament dominateur et une tendance au sarcasme. Les gens de m’intéressaient pas vraiment. Un sourire se dessina petit à petit sur mon visage alors que mes yeux couleur jade étaient tournés vers lui. J’attrapai mon, verre, bus une gorgée, avant de le reposer. Mon sourire ne m’avait pas quitté. Pas un sourire béat, ravi, non, c’était une expression qui ne s’affichait pas sur mon visage. Un sourire satisfait, intéressé, et terriblement calculateur. D’une voix amusée, toujours avec mon accent russe très prononcé, je m’adressai directement à lui.


    Voltore.. Il était très rare que j’appelle quelqu’un par son nom. Sauf mes élèves bien entendu. Mais ce n’était pas pareil. Et dire que je commençais à me lamenter que les personnes intéressantes désertent cet établissement. J’imagine que je devrais me sentir flattée que vous ayez choisit de venir vous asseoir sur ce tabouret.

    Mais ce n’était pas le cas. J’étais peu être contente, j’allais enfin avoir une conversation intéressante, excitée surement mais flattée non plus. Ma présence me suffisait de toute façon. Je bus une gorgée de plus dans mon verre de Vodka, attendant qu’il se manifeste. J’allais pas me lancer dans une conversation en solo non plus.

    Je n’avais pas choisit le camp des mangemorts après la chute du seigneur de ténèbres, tout simplement parce que je n’étais pas folle et dénué de raison. Je n’avais jamais été mangemort de toute façon, cela n’avait rien d’une trahison à mes yeux. Et de toute façon, cela ne m’aurait pas importé. J’était vénale, et sans morale aucune.



    [Sorry, c'est petit]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voltore Tenebrae
Mangemort
Mangemort
avatar

Masculin Nombre de messages : 31
Age Réel : 29
Localisation : Partout
Emploi (ou maison) : Mangemort
Loisirs : Tuer, faire le mal, servir les ténèbres
Réputation : 6
Points d'expérience : 41
Date d'inscription : 28/05/2009

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Célibataire
Parents: Sorciers de Sang pur

MessageSujet: Re: Rien qu'un simple verre (Voltore)   Jeu 17 Sep - 11:13

[hj: je pardonne mais seulement pour cette fois lol]

Voltore entendit Allegra s'adresser à lui, en prononçant d'abord son prénom. Le mangemort ne la regarda même pas et ne bougea pas, attendant qu'elle ait fini. Au coin de ses lèvres se dessinait un sourire plutôt inquiétant. Très lentement, le mangemort porta le verre qu'il tenait à ses lèvres, d'une façon très élégante et impériale, puis il le reposa à l'endroit précis où il était auparavant et daigna enfin se tourner vers Stepanovitch. Même si seuls son nez et sa bouche lui étaient visible, tout comme son teint cireux, la femme pouvait à présent discerner, dans l'ombre que procurait la capuche, deux yeux perçants d'une couleur si claire qu'on aurait dit qu'ils brillaient dans la nuit. Son côté vautour sans doute, mais ce regard qui ne cillait pas était plus hypnotisant et déstabilisant que tout autre, ce qui laissait insinuer son grand pouvoir de persuasion et d'impressionnisme auprès de ses semblables. Évidement, sauf quelques rares mangemorts savaient qu'il était Animagus, et Allegra n'en faisait pas partis. Après tout, elle n'avait seulement été que la femme de l'un d'eux. Elle ne le connaissait pas personnellement.

Allegra l'avait appelé Voltore. Peu se le permettaient, mais cela ne le dérangeait pas. Que l'on l'appelle par son prénom, son nom, ou les deux, Voltore Tenebrae restait le pseudonyme qu'il s'était approprié lorsqu'il était devenu mangemort, et tous ignorait son véritable nom. Elle avait commencé son approche avec un compliment implicite, à savoir qu'il était de ceux qu'elle considérait comme personnes intéressantes. Elle avait bien fait, le mangemort était très friand des compliments et de tous signes de respect tels qu'il fut. Sa deuxième phrase, cependant, le laissait quelque peu dans le doute. La professeur de défense contre les forces du mal de poudlard avait employé le terme 'j'immagine', ce qui voulait dire qu'elle n'était pas forcément flatté qu'il ait choisis ce tabouret, ou qu'elle ne pouvait pas l'être. Il répondit de son sifflement grave et glacial habituel:


« Allegra... »

On sentait dans sa tonalité qu'il était presque surpris de la voir ici. Mais il y avait toujours une sorte d'agressivité dans sa façon de prononcer. Le mangemort restait toujours sur la défensive, lorsqu'il n'attaquait pas... Il avait commencé exactement de la même manière qu'elle, ce qui n'était pas rare chez lui, et il poursuivit donc:

« J'imagine que je devrais me sentir flatté par vos propos, bien que ceux-ci dépendent du sens que vous associez au terme 'intéressant', mais tout comme pour vous le fait que j'ai choisis ce tabouret, je crois, et cela est fortement regrettable, qu'il n'en est rien. »

Curieusement, le bar de l'allée des embrumes commencait peu à peu à se vider de son beau monde. Les autres sorciers présents reconnaissaient sans doute la voix et les manières du mangemort, et bientôt ne resta plus que le barman et les deux sorciers. La capuche de Tenebrae tomba alors comme par enchantement, mais son don de télékinesie en était pour quelque chose. Le mangemort ne restait jamais caché bien longtemps, mais paradoxalement, il n'avait jamais mis ne serait-ce qu'un pied à la prison des sorciers, Azkaban, si ce n'est pour venir libérer un acolyte.
Le mangemort rajouta:


« Cela faisait bien longtemps, n'est-ce pas? Qu'il m'a été saumâtre d'apprendre la perte de ce cher Stanislas... Mais je ne doute pas que cela n'est rien comparé au deuil d'une veuve. »

Le mangemort la regardait à présent avec une expression indéchiffrable. Ce dernier mot avait été prononcé de telle sorte que l'on aurait pu y discerner une nuance de défis. Il était bien entendu évident que lui n'avait pas été touché. Rien ne semblait l'atteindre, il paraissait irréprochable, puissant et implacable. Il n'avait pas revu Allegra depuis la mort de son maris, celle-ci ne fréquentant surement plus de mangemorts depuis qu'elle était à poudlard.

« Une dizaine d'année d'enseignement à poudlard a du vous changer les idées... »

Cela était bien sur une question implicite comme il aimait les faire. Qu'en était-il de ses anciennes opinons et de son attrait pour la magie noir? Que faisait-elle d'ailleurs aujourd'hui dans ce bar si malfamé de l'allée des embrumes? En même temps, il lui faisait une sorte de reproche bien dissimulé sur le fait qu'elle ai choisis de rejoindre Mi-Lie. Il savait que Stepanovitch était assez subtile pour comprendre exactement où il voulait en venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allegra Stepanovitch
Professeur
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Professeur de DCFM
Réputation : 2
Points d'expérience : 29
Date d'inscription : 01/08/2009

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Veuf(ve)
Parents: Sorciers de Sang pur

MessageSujet: Re: Rien qu'un simple verre (Voltore)   Dim 20 Sep - 0:30

    Ah, et bien j’avais été reconnue au mois. C’était une bonne chose. Je pense que mon égo n’aurait pas supporté d’avoir été oubliée et ignorée. Il avait lentement tourné la tête vers moi, mais je ne voyais que se yeux, le reste étant dissimulé par sa capuche. Il se souvenait même de mon prénom. Ravie de voir qu’aux yeux des mangemorts je n’étais pas seulement la ″veuve Stepanovitch″, je l’écoutai tout en buvant tranquillement mon verre. Je l’écoutais patiemment.

    « J'imagine que je devrais me sentir flatté par vos propos, bien que ceux-ci dépendent du sens que vous associez au terme 'intéressant', mais tout comme pour vous le fait que j'ai choisis ce tabouret, je crois, et cela est fortement regrettable, qu'il n'en est rien. »

    Un sourire se dessina sur mon visage. Je m’amusai de la façon dont-il avait utilisé mes propos, du prénom jusqu’à mes expressions. J’haussai les épaules d’un air distrait, comme si ses paroles ne me touchaient pas vraiment plus que ça. C’était le cas d’ailleurs, je me fichai bien des différents avis du mangemort, comme je me fichais pas mal de ce que l’on pensait de moi. J’étais prétentieuse et orgueilleuse, mais mon seul avis me suffisait pour me faire une idée.

    J’observai le bar se vider, sans que mon sourire arrogant ne quitte mon visage. Les sorciers n’étaient donc pas si inconscients que cela. Ils avaient certainement reconnu la vois, la démarche ou je ne sais quoi du mangemort recherché. Ils lançaient tour à tour des regards aux mangemorts et à moi, se demandant qui je pouvais être pour être assez folle pour rester de marbre, assise à côté de l’un des mangemorts les plus connus et perturbant de notre époque. Lorsqu’il ne resta plus que Tenebrae, les employés et bien entendu ma personne, celui-ci fit tomber sa capuche. Ouais, si c’était un sortilège, ou bien de la télékinésie, et si c’était pour impressionner, raté. J’étais anémokinésiste, ne l’oublions pas. J’aurais pu faire la même chose à peu près aussi rapidement, en modifiant la puissance du vent et en le dirigeant sur sa capuche. Il y avait plusieurs niveaux de maîtrise de l’anémokinésie, et j’étais sûrement au niveau maximum de la maîtrise. Certaines personnes ne pouvaient pas déplacer quelque chose de plus lourd qu’un plume ou qu’une feuille de papier, moi j’avais tué un enfant lorsque j’avais à peine six ans, je l’avais empalé sur les pic d’un grillage. C’était un accident bien entendu. Un accident qui m’avait profondément marqué et terrorisé alors que j’étais une petite fille, mais que je regardais avec un certain recul aujourd’hui. Ce meurtre faisait partit de moi et je m’étais construite dessus. Alors pourquoi le renier ? Je n’avais jamais perdu quelqu’un de cher à mes yeux, et je n’avais jamais considéré qu’une vie humaine n’était un lourd prix à payer. Si quelqu’un devait mourir pour que j’arrive à mes fins, cela ne me dérangeait pas. Je n’avais encore jamais le sale boulot moi-même, préférant ne pas être celle qui me salissait les mains, mais je savais très bien que si un jour je devais le faire, je n’hésiterai pas.

    « Cela faisait bien longtemps, n'est-ce pas? Qu'il m'a été saumâtre d'apprendre la perte de ce cher Stanislas... Mais je ne doute pas que cela n'est rien comparé au deuil d'une veuve. »

    Je me retins de rire. Oui, c’était sur que cela faisait un moment, mais qu’il lui ait été saumâtre d’apprendre la mort de mon mari, j’en doutais. Je ne répondis pas tout de suite. Il avait encore quelque chose à dire, je le sentais, il n’en avait pas finis avec les civilités. Son regard était étrange. Du défi ? Peut-être un peu. Il me testait certainement. Ma réponse lui permettrait-elle de se faire un avis ? Je soupirai tout de même. Quand est-ce que le côté intéressant de la conversation allait-il commencer ? Je ne fus pas déçu lorsqu’il conclue par cette petite phrase chargée de sens.

    « Une dizaine d'année d'enseignement à poudlard a du vous changer les idées... »

    Cette fois ce je ne pus retenir un rire plutôt amusée. Sarcasme ? Voltore n’avais qu’à le prendre comme il le voudrait. Un rire qui ne dura toute fois pas plus des quelques secondes. Trois au maximum. Je sentais parfaitement qu’il avait fini, et que c’était à moi de parler maintenant. Néanmoins je prenais mon temps. Je bus la dernière gorgée qui restait dans mon verre, avant d’interpeller le serveur encore une fois.


    La même chose. Et rapidement.

    Pas de s’il vous plait, pas de ″monsieur″ ou de ″vous″. J’étais le genre de femme qui poussait au respect et à la crainte. Alors même à côté de l’un des mangemorts les plus recherché du moment, je me comportais de la sorte, et j’étais écouté. Il revint quelques secondes plus tard, avec un second verre de Vodka. Je supportais plutôt pas mal l’alcool – l’habitude sûrement – mais deux verres de Vodka c’était jouer avec le feu. Tant pis, j’étais d’humeur à jouer avec le feu ce soir. Je bus une première gorgée, avant de finir par répondre. Je l’avais observé durant tout son discours, calmement, même si mon visage trahissait parfois ma pensée.

    Le terme intéressant est tout à fait flatteur dans ma bouche, ne vous en faite pas.

    Une veuve, ouais c’était ce que j’étais. Même si je n’avais jamais pris conscience de la portée de ce mot, puisque je n’avais compris la portée du mot mariage. Mais ce n’était vraiment pas le moment de penser à mon ″deuil″. Mon sourire ne m’avait toujours pas quitté lorsque je repris la parole, avec mon accent russe si connu à Poudlard et d’un ton amusé.

    Le terme veuve est intéressant. Je devrais penser à y réfléchir. J’ai de la même manière que vous été peinée d’apprendre la mort de Stanislas.

    J’avais appuyé quelque peu le terme ″de la même manière que vous. ″ Façon de lui signifier que je n’étais pas stupide et que les civilités ne m’intéressaient pas, et que de toute façon, mon deuil n’avait pas été si important que cela.

    Dix années d’enseignements se sons montrées plutôt... Et bien je dirais révélatrice, même si la matière qui est la mienne ne suffit pas à satisfaire mes différents...Intérêts en matière de magie.

    J’avais très bien compris le reproche dissimulé. Mais mon attitude détachée, mon ton presque insouciants ne laissaient rien paraître. Mes yeux contrastaient. Ils étaient plongés dans ceux du mangemorts depuis que j’avais pris la parole, et n’avaient même pas bougé les quelques fois où j’avais porté mon verre à mes lèvres. Le message était clair ; j’avais compris le reproche mais je ne comptais pas y répondre. Je considérais que j’avais de la valeur, j’étais enseignante à Poudlard, et je possédais un don extrêmement rare et utile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voltore Tenebrae
Mangemort
Mangemort
avatar

Masculin Nombre de messages : 31
Age Réel : 29
Localisation : Partout
Emploi (ou maison) : Mangemort
Loisirs : Tuer, faire le mal, servir les ténèbres
Réputation : 6
Points d'expérience : 41
Date d'inscription : 28/05/2009

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Célibataire
Parents: Sorciers de Sang pur

MessageSujet: Re: Rien qu'un simple verre (Voltore)   Dim 27 Sep - 20:47

Allegra laissa entendre un petit rire durant quelques secondes. Le mangemort était partagé entre l'indifférence et la curiosité, ce qui était très frustrant car ces sentiments n'avaient rien en commun. Il ne comprenait pas la réaction de la jeune femme. Cela n'avait rien de drôle et était très sérieux. Le mangemort n'aimait pas rire, et encore moins avec des sujets fâcheux. Allegra ne manquait pas d'audace. Cependant, la façon dont elle commanda une autre vodka ne le surprit pas, et ne le dérangea pas, bien au contraire. Il agissait de même, bien que cela puisse être très variable selon son humeur imprévisible. Au moins, Allegra était un femme au fort tempérament et qui avait l'air de savoir se faire respecter. Mais qu'en étaient-ils de ses opinions, de ses idées? Mais surtout de ses actes? Rester cacher dans les robes de Mi-Lie était bien trop facile, et cette femme avait l'air plutôt ambitieuse. Comment pouvait-elle se contenter d'enseigner une matière, qui en plus était limitée, à de stupides élèves? Quelque chose lui disait qu'elle valait bien plus.

Voltore inclina légèrement la tête lorsque Allegra lui indiqua qu'elle l'avait auparavant flatté, en guise de reconnaissance, mais également de menace. Il y avait plutôt intérêt à ce que la jeune femme ne néglige pas ses propos. Il ne fallait pas qu'elle oublie à qui elle avait affaire. Jouer avec le feu n'était pas prudent, et certains s'y brulaient à maintes reprises. Voltore savait se contrôler avec l'âge, et créer un scandale ne lui servirait à rien. Il ne sait pas vraiment ce qu'il aurait fait si Allegra venait à lui manquer de respect, mais pour l'instant, ce n'était pas le genre de question qui prenaient place dans sa tête. La jeune femme était bien plus intéressante que cela.

Elle poursuivit, l'air amusée. Elle semblait de toute évidence assez détendue, ce qui n'était pas courant pour les interlocuteurs du mangemort. Cela ne lui était d'ailleurs pas arrivé depuis bien longtemps. Voltore afficha un léger sourire au coin de ses lèvres lorsque la jeune femme lui appris qu'elle avait été peiné de la même manière que lui pour la mort de son mari. Que c'était convainquant... Il ne faisait pas l'ombre d'un doute qu'Allegra était une femme indépendante, à qui la mort de son mari ne semblait guère l'avoir touché. Elle était forte, solitaire, et ne semblait pas connaître l'amour ou la compassion. Finalement, elle s'avérait peut-être plus intéressante qu'elle n'y paraissait.


« Oui... Je m'en doutais... »

Ne pu t-il s'empêcher de répondre, les yeux brillants, d'une voix à faire peur. Il se doutait bien qu'Allegra cachait son jeu, et qu'il ne fallait pas se fier à son apparence. Le mangemort bu une gorgée de son verre, en attendant la suite, fixant Allegra de son regard de vautour. Il ne s'était pas trompé sur ce point, et il attendait de voir si la suite serait aussi intéressante. Tout en écoutant Allegra, il remua un peu son wisky, jouant avec les glaçons pour qu'ils se mélangent au contenu principal du verre.

« Hum... »

Dit-il l'air songeur avant de boire la dernière gorgée de wisky et de reposer lentement son verre sur le comptoir, toujours à l'endroit exact où un petit cercle d'eau s'était formé à cause de la fraicheur de la boisson.

« Révélatrice, dites-vous? »

Bien sur, comme il n'attendait pas de réponse, il ajouta après s'être fait un peu attendre:

« Si ma mémoire est bonne, il me semble que vous enseignez la défense contre les forces du mal? »

Deuxième question à laquelle il n'attendait pas de réponse, mais la matière qu'Allegra avait choisi le fit sourire, l'air moqueur. Comme cela lui paraissait abstrait. Les forces du mal... Où était réellement la limite entre le mal et le bien? La magie noire n'était mal que pour qui ne savait pas la maîtriser ou craignait sa puissance. Voltore ne se considérait pas comme quelqu'un de mal, il se fichait juste de la vie de ceux qui se mettaient en travers de son chemin, ce qui était tout à fait compréhensible lorsqu'on avait de l'ambition et du tempérament comme lui. Certes, il pouvait être vraiment méchant lorsqu'il le voulait, mais il s'agissait juste de petits caprices, rien de plus.

« Je partage votre thèse, même si je doute qu'un enseignant de poudlard adhère aux mêmes conceptions et intérêts magiques que sont ceux d'un sorcier tel que moi. »

Encore des questions dissimulées. Il faut croire que le mangemort en était friand. Quels étaient les intérêts en matière de magie dont parlait sans gène cette enseignante de la plus prestigieuse école de sorcellerie? Pourquoi d'ailleurs enseignait-elle à poudlard si les intérêts qui étaient les siens n'étaient pas enseignés? Le mangemort avait aussi parlé de ses intérêts personnels, voulant accentuer le fait qu'Allegra n'était pas libre de ses actes à poudlard, contrairement à un sorcier tel que lui, un mangemort, bien sur. Depuis qu'il l'avait vu, il soupçonnait Allegra d'avoir un penchant pour la magie noire, et ses provocations n'avaient d'autres but que de le lui faire avouer. Comme il n'avait pas éclaircit un point, il renchérit:

« Néanmoins, je n'vois pas en quoi votre parcours professionnel a pu vous être révélateur... Peut-être auriez-vous l'obligeance de m'aiguiser votre pensée? »

Avec toujours cette pointe de défis dans la voix et son regard glacial, il attendit patiemment qu'Allegra daigne lui répondre. Il n'aimait pas le métier qu'Allegra avait choisis, à savoir, l'enseignement, et encore moins les conditions qui limitaient sa matière, et il ne se privait pas de le lui faire savoir. Qu'est-ce que la veuve avait bien pu réaliser durant son enseignement? Il allait peut-être bientôt le savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rien qu'un simple verre (Voltore)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien qu'un simple verre (Voltore)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand un simple verre tourne à l'humiliation - Ashton ?
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
..::PoUdLaRd4eVeR::.. :: ..::ALLEE DES EMBRUMES::.. :: ..::*Autres*::.. :: Bar-
Sauter vers: