AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Nous recherchons des persos adultes (mangemorts, profs, personnels, commercants, etc),
mais si vous tenez vraiment à jouer un élève, sachez que la maison des serdaigles vous 
acceuillera à bras ouvert car elle à grand besoin de votre activité pour la booster !
 
!!! Pour le passage des élèves pour l'année 2010/2011, merci de lire ceci. !!!

Partagez | 
 

 Volière Vide (pour l'instant) [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Léonova Lestrange
Prefet
Prefet
avatar

Féminin Nombre de messages : 884
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Serpentard
Réputation : 26
Points d'expérience : 209
Date d'inscription : 12/06/2007

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: En couple
Parents: Sorciers

MessageSujet: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Sam 25 Juil - 13:38

    Je montai les marches rapidement, en sautant une marche sur deux. Je n'étais pas maladroite, mais je perdis l'équilibre à deux reprises, à chaque fois en réussissant à me rattraper à la dernière minute. Je ne m'en préoccupais pas. Seule la petite lettre que je tenais dans la main m'importais.

    Une fois arrivée dans la volière, je sortis l'enveloppe de ma poche, de laquelle je tirai une petite feuille de papier, sur laquelle j'avais rapidement gratté quelques mot. Je la parcourus rapidement, pour veiller à ce que la missive ne soit pas bourrée de fautes. C’était la moindre des choses.

    Citation :
    Chère Cissy,

    Tu te demandera sûrement ce qui te vaut le plaisir de cette lettre, et il faut dire que c’est certain que ce n’est pas le genre de chose auxquelles je t’ai habitué. Ne crois pas que cela soit un geste purement intéressé, même si il est vrai que j’ai un certain nombres de pensée que j’aimerais te faire partager…

    Je ne vais pas regarder le souvenir. Pas tout de suite. Enfin, je vais essayer, même si nous savons toutes les deux ce que cela me coûte… Mais j’ai cette appréhension, et cette impression que certains souvenirs sont fait pour être tus. Je te le donnerai donc, et m’en remettrai à ton jugement. Je le joindrai à ma lettre, c’est une bonne idée pour m’empêcher de le voir avant que tu n’ai donné ton avis. Réponds moi vite par contre s’il te plait, je ne sais pas si je supporterai d’attendre longtemps. Je sais où trouver une pensine à Poudlard. Si tu me donne ton accord, renvoie le vite, que je puisse être libérée de ce poids.

    J’ai longuement discuté avec Enzo l’autre soir. Tu connais Enzo, Enzo Could, je t’en ai déjà parlé. Je t’avais posé des questions sur sa sœur, Lively. Tu dois t’en souvenir. Il passera l’été au manoir de Bellatrix et Rodolphus avec moi. Je lui ai proposé. Je ne sais donc pas si je pourrais passer autant de temps avec toi que l’été dernier, mais ne t’en fais pas, je ne t’oublie pas, ni ce que tu as fait pour moi. Je viendrai tout de même (je ne vais pas te laisser passer tout l’été seule avec Lucius tout de même !). Il voudrai que je l’aide dans sa quête pour en savoir plus sur Lively. Enzo je veux dire. Il veux que je l’aide, et je lui ai dit que je le ferai, mais je ne sais pas si j’en ai envie. Je veux dire, bien sur que j’ai envie de l’aider, mais pas de cette façon. Je suis persuadée que revoir Lively le détruirait plus qu’autre chose. J’aimerais tellement l’aider à l’oublier, à se sortir de la tête cette obsession qui le détruit. Lively est égoïste, elle ne s’est jamais intéressé à lui, et maintenant, son absence le détruit.

    C’est là que j’en viens à mon deuxième point. J’ai beaucoup réfléchis et je suis parvenue à cette conclusion : les vivants sont égoïstes. Les vivants ne pensent qu’à eux même, et aux personnes qui leur sont chères. Les vivants ne pensent qu’à rester vivant. C’est pour cela que j’admire d’une certaine façon certains mangemorts, même si la limite entre leur dévotion et la folie était devenu presque inexistante. Il n’avaient pas peur de mourir. Ce soir là, les Carrow, Dolohov, Selwyn, et tant d’autre. Ils savaient tous qu’il pourrait mourir le soir où il ont rejoint Le seigneur des ténèbres à Poudlard. J’ai un certain respect et une certaine fascination pour la dévotion qui était la leur.

    Ne crois pas que ce soit là un reproche qui je te fais. Tu as choisis de sauver ta famille lorsque tu as compris que la bataille n’aurait pas l’issu que Voldemort espérais. Tu as été plus maligne que la plupart d’entre eux. Cette dévotion ne te possédais pas tout entière comme elle possédait ma mère. Même si pour elle, s’était différent. C’était bien plus que de la dévotion. Non, ce n’est en aucun cas un reproche.

    J’aurais aimé que ma mère soit égoïste Cissy. J’aurais aimé que tu ai eu un peu plus d’influence sur elle. J’aurais aimé qu’elle quitte la bataille, en laissant les autres mangemort. Parce que moi aussi, comme tous les vivants, je suis égoïste. J’aurais pu grandir avec elle, j’aurai entendu sa voix, sentit son odeur. J’aurais vécu caché, mais cela m’aurait été égal.

    Je t’ai eu toi, et je ne me regrette pas. Mais tu comprends sans doute très bien ce que je veux dire.

    Enfin, ma lettre commence à s’éterniser. Je vais te laisser vaquer à tes occupations, et surtout regarder ce souvenir.

    Je t’embrasse, réponds moi vite je t’en pris.

    Léonova.

    Je restais silencieuse quelques minutes, avant de replier la lettre pour la placer dans l’enveloppe. Je tirai ensuite la petite fiole de ma poche pour la glisser dans l’enveloppe. N’ayant pas particulièrement envie que le hiboux qui amènerai la lettre à Narcissa brise la fiole qui contenait le souvenir de ma mère, je lui jetai rapidement un sort pour la rendre incassable. Merci les cours de sortilège.

    Je cherchai des yeux la chouette que j’utilisai habituellement pour porter les lettres à Narcissa. Je finis par repérer le petit oiseau roux, et je lui confiai l’enveloppe sur laquelle on pouvait lire "Narcissa Malefoy, manoir des Malefoy.".

    Tu m’amène ça au manoir Malefoy, tu dois avoir l’habitude.

    Je m’étais habitué à parler au petit animal, même si pour moi, le fait qu’il me comprenne était difficile à concevoir. J’étais fourchelangue, je parlais pas aux oiseaux. Quoi qu’il en soit, la petite chouette pris son envol. Je la suivis des yeux quelques minutes, jusqu’à qu’elle soit trop loin pour que je puisse l’apercevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna Parker
7° année
7° année
avatar

Féminin Nombre de messages : 587
Age Réel : 28
Localisation : Ou tu veux, quand tu veux !
Emploi (ou maison) : Poufsouffle
Loisirs : profiter de la vie à fond
Réputation : 0
Points d'expérience : 129
Date d'inscription : 30/10/2005

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Célibataire
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Jeu 13 Aoû - 0:15

Anna avait passé toute la matinée à se baigner dans le lac, car en effet, il n’y avait pas cours aujourd’hui, c’était le week end. Quiconque ne connaissait pas la poufsouffle aurait pu croire que la chaleur, dont Anna était fanatique car elle vivait en Australie, lui avait tapé sur la tête. En effet, celle-ci était en train de fredonner un air de rock des bizarre’s Sisters, et en voulant mimer un guitariste, elle s’était lamentablement ramassée dans les escaliers. Jattant de vifs regards aux allentours afin de voir si quelqu’un avait pu la surprendre, elle se rassura rapidement et reprit son allure de grande sportive. Il n’y avait personne dans les parages, elle avait encore une fois de plus évité de se taper la honte. En plus, par ce temps, elle ne pouvait pas prétexter la présence d’une plaque de verglas.

Monter les escaliers quatres à quatres de la volière avait pour avantage d’arriver rapidement –mais pas forcément en état- au sommet.


*Les hiboux doivent aimer l’altitude pour être placé si haut… Ou c’est peut-être pour aider les fainéants à mieux décoller…*

Anna ouvrit à la voler la porte qui dissimulait tous les volatiles. Elle n’avait jamais été très discrète. Elle remarqua qu’une fille de serpentard était présente. Léonova Lestrange. Avec sa réputation, il était dur de ne pas la connaître, et puis, Anna était une petite fouineuse toujours à la recherche de nouveaux ragots. Cependant, elle n’avait jamais vraiment eut l’occasion de discuter avec celle-ci. Anna était du genre à aller vers les autres, sans aucune timidité ni malaise, et cela pour n’importe quel sorcier, même pour les serpentards. Elle comptait beaucoup d’amis dans toutes les maisons, et se faisait rapidement connaître et apprécier. Une main cramponnant sa lettre, et l’autre refermant la porte, elle ne fut pas longue avant de lâcher aussi joyeusement que spontanément :

« Salut ! »

Anna était toujours très expressive, et le sourire qu’elle tendit à Léonova eut pour avantage d’attirer quelques hiboux à son service.

*Voila que je charme des pigeons maintenant… Désolé mon vieux, ce ne sera jamais possible entre nous, il faut que tu l'acceptes...*

Un peu amusé, elle accrocha brièvement sa lettre sur le premier venu, qui avait l’air aussi enthousiaste qu’elle. Sur le bout de parchemin que contenait l’enveloppe, on pouvait y lire :

Citation :
Ma petite Maman,

Voilà déjà l’année qui se termine. Je n’ai pas vu le temps passé. Je commence à stresser un peu pour les B.U.S.E.S… J’espère que je serrai à la hauteur. Déjà que j’étais passée en cinquième année de justesse… Et puis, tu connais mes notes de cette année…

Sinon, pour le reste, à poudlard, tout va bien. Je m’amuse beaucoup avec mes amis, et toutes les sorties à pré-au-lard. J’ai terminé ma tenue pour le bal de fin d’année, pas en dernière minute pour une fois.

J’espère qu’à la maison tout se passe aussi bien. Avec les nouvelles de la gazette, je me rends compte comme c’est un soulagement d’habiter si loin de l’Angleterre, et de tous ces mangemorts qui s’évadent. Même s’ils avaient réussi à nous trouver par le passé, et qu’il y avait fallut d’une fois pour tout boulverser…

J’imagine que tu n’as toujours pas de nouvelles de papa, mais j’attend quand même des tiennes avec impatience, histoire d’être rassurée pour affronter les examens.

Prend bien soin de tous nos animaux, ils me manquent…

Je t’aime et je pense fort à toi.
Anna.


La poufsouffle aida du mieux qu’elle put l’hibou à prendre son envol. Comme elle avait énormément d’animaux chez elle, elle avait toujours apprécié les bêtes, telles qu’elles fussent. Elle avait d’ailleurs toujours sa mygale dans la poche de son minishort en jeans personnalisé à sa façon, avec déjà de nombreux trous visibles, trahissant les aventures en tout genre de la jeune fille qui comblaient sa vie.

Anna se tourna alors vers la serpentard. Celle-ci n’avait pas une mine très réjouie, ce qui n’était pas rare chez les élèves de cette maison.


« Ca va comme tu veux ? »

Demanda t-elle innocemment. Elle avait toujours été très curieuse et ne se privait pas de demander ce qui lui passait par la tête. Sa franchise faisait d’elle quelqu’un d’apprécié. Mais d’un autre côté, sa maladresse, sa terette et son côté gaffeur faisait qu’on évitait de lui confier des choses trop importantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonova Lestrange
Prefet
Prefet
avatar

Féminin Nombre de messages : 884
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Serpentard
Réputation : 26
Points d'expérience : 209
Date d'inscription : 12/06/2007

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: En couple
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Jeu 13 Aoû - 19:01

    J’avais le regard perdu dans le vide depuis un moment. Pas de cours aujourd’hui, et Enzo et moi avions rendez vous dans plus de deux heures pour une séance de révision. Examen de potion. Ni lui ni moi n’avions de grandes difficultés, mais ça ne pouvait pas faire de mal de toute façon. Cela faisait déjà bien une bonne dizaine de minute que j’étais restée le regard perdu à l’endroit ou la petite chouette avait disparu, accoudée au rebord, ma tête posée sur mes poings. On aurait put croire que j’attendais une lettre, alors qu’en réalité je venais d’en envoyer une.

    Mes pensées étaient indéchiffrables, et je me demande même si un legilimens ne se serait pas perdu dans ce flot interrompu de petites réflexions sans aucun rapport apparent l’une avec l’autre. Le bruit d’une porte qui s’ouvre brutalement, cognant ainsi contre le mur me fit sursauter. Je me retournai pour voir quelle était la personne à l’origine de tout ce vacarme. Certaines personnes auraient pus être surprise de se retrouver face à une jeune fille de quinze ans, plus petite que moi d’un peu moins d’une dizaine de centimètre, et dont la musculature fine n’était pas visible sous les vêtements. Mais il se trouve que cette jeune fille n’était autre qu’Anna Parker, et je n’étais pas surprise. Oh, je ne connaissais Miss Parker que de nom et de réputation. Mais j’en savais assez pour ne pas être étonnée. Je n’avais jamais échangé ne serait-ce qu’une parole avec elle. Je n’étais pas vraiment attirée par la compagnie des filles des ma maison, et encore moins par celle des autres maisons.

    Elle me salua, de façon tout à fait joyeuse, spontanée et agréable. Je lui répondis par un simple sourire.

    Des spectateurs extérieurs à la scène auraient facilement dit que nous étions l’inverse l’une de l’autre. Elle était aussi bronzée que j’étais pâle, ses cheveux étaient aussi blonds que les miens bruns, et même ses yeux était d’un bleu beaucoup plus foncé que le mien. En observant Anna, comment elle marchait, comment elle souriait à ces oiseaux – un peu stupides parfois – comment elle s’exprimait, je me dis que nous n’étions pas seulement l’opposée l’une de l’autre qu’au niveau physique. Cette fille respirait la joie de vivre alors que je savais que j’affichais un air préoccupé, de circonstance bien sur, elle était connue pour être l’un des personnes les plus sociables de Poudlard, les plus populaires, alors que moi, ma réputation m’empêcher de lier plus que de simples connaissances. Les élèves m’évitaient encore plus lorsque les beaux jours revenaient. Pour une simple et bonne raison : la marque des ténèbres sur mon bras, que les débardeurs et tee-shirt à manches courtes laissaient voir. Je n’étais pas sans savoir que des centaines d’élèves, voir plus, avaient sûrement perdu des proches, des parents à cause de mon père et de ses partisans. Je ne savais pas si Anna était de ceux là. Je ne me formalisais pas de la peur des gens lorsqu’il voyait cette marque sur mon bras. Je ne savais pas que je n’avais pas eu le choix, qu’elle avait été marquée au fer rouge alors que je n’avais pas deux ans. Je remarquai que son bras gauche n’étais pas lisse ne plus. Une longue cicatrice serpentait le long de son avant bras, et cette similitude me fit sourire.
    Pour finir, elle paraissait toujours excitée, alors que, bien que n’étant pas aussi calme et posée que Brad ou Enzo, je savais très bien que je pouvais paraître froide.

    J’étais restée à l’étudier, la jauger, pendant qu’elle envoyait sa lettre. J’étais maintenant en train d’hésiter sur ce que j’allais faire, partir ou pas, lorsque sa voix me ramena à la réalité, de la même façon que l’avais fait la porte qui avait claqué. Je fus surprise de l’entre me demander si tout allais comme je voulais. Curiosité quand tu nous tiens... Au moins, c’était un trait que nous partagions, je ne pouvais pas nier être trop curieuse. J’allais pas déballer ma vie à une inconnue, et je lui répondit donc d’une voix interloquée, consciente de ne pas être très convaincante.

    Tout baigne. Merci de t’en soucier.

    Elle semblait aimable et vouloir engager une conversation, mais je n’étais pas la meilleure pour ça, je lui laissai le soin de s’en charger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna Parker
7° année
7° année
avatar

Féminin Nombre de messages : 587
Age Réel : 28
Localisation : Ou tu veux, quand tu veux !
Emploi (ou maison) : Poufsouffle
Loisirs : profiter de la vie à fond
Réputation : 0
Points d'expérience : 129
Date d'inscription : 30/10/2005

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Célibataire
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Jeu 13 Aoû - 21:28

[hj : Anna a les yeux verts, et elle est très musclée car elle fait beaucoup de sport, notamment du quidditch]

Anna n’avait même pas remarqué que la serpentard la jaugeait alors qu’elle envoyait sa lettre. Elle était très naïve, et ne se méfiait de personne, pas même l’héritière de celui-dont-on-peut-maintenant-prononcer-le-nom (oui, j’ai trouvé ça toute seule -_-‘). Et puis, ce n’était pas parce qu’elle avait une famille maléfique et, Anna venait de le remarquer en toute indiscrétion (= gros yeux globuleux), la marque des ténèbres sur le bras qu’elle était forcément mauvaise. Anna voulait penser que chacun avait du bon en sois dans ce monde, consciemment ou inconsciemment, décidant de le montrer à autrui ou non. C’était sans doute cette qualité –ou défaut, appelez ça comme vous voulez- qui faisait d’elle l’une des seules filles appréciée de May Eva.

Léonova avait le même âge qu’elle, et il n’était pas rare que les deux filles se croisent dans certains cours en commun. Mais en général, Anna était si entourée qu’elle était déjà bien occupée à discuter avec ses amis, et ne pensais pas forcément à faire de nouvelles rencontres. Surtout qu’elle avait remarqué qu’un serpentard, tel qu’il soit, était toujours plus abordable lorsqu’il était seul. Bien sur, Anna n’avait pas de préjugés sur les différentes maisons –elle était sortie avec un serpentard et un serdaigle- mais c’était un constat. Les serpentards avaient pour la plupart des carapaces, et à l’allure préoccupée de Léonova, Anna en déduit qu’elle faisait partie de ces personnes là. Sa réponse ne devait pas être très franche, mais Anna ne s’en soucia pas, naïve comme elle était, elle répondit d’un air rassuré :


« Ha… Cool alors. Parce qu’à ta tête, j’aurais vraiment pas cru. »

*Qu'est-ce que ca doit être quand elle ne va pas bien...*

Ne se rendant évidement pas compte que cela pouvait offenser la serpentard si elle était intentinet à fleur de peau ou successible, Anna affichait un air innocent. En aucun cas elle ne se moquait d’elle. Elle était juste maladroite, spontanée et insousciente. Même si la poufsouffle ne portait pas les mangemorts dans son cœur à cause du passé, elle ne semblait pas accorder une grande importance à la marque des ténèbres sur le bras de sa camarade.

*Normal, ca doit être une tâche de naissance, la marque de fabrique de la famille quoi… Quoi que… Je ne crois pas que Brad la porte. Rooh mais qu’est-ce que tu racontes, bien sur qu’il ne la porte pas ! T’as eut l’occasion de le voir quand tu sortais avec et que…*

Anna regarda soudainement par la fenêtre, émettant un petit sifflotement innocent, les joues écarlate. Voulant expliquer un peu la situation, car Léonova allait la prendre pour une folle et elle n’aurait pas tors, Anna se justifia quelques instants plus tard :

« C’est marrant tu me fais penser à ton cousin. C’est fou ce que tu lui ressembles. »

Anna devait bien être la première à comparer Léonova à Brad, et non à sa Bellatrix de mère. Que voulez vous, on était unique en son genre, ou on ne l’était pas. De plus, elle ne trouvait pas la remarque si impertinente. Les deux cousins avaient tout deux les cheveux foncés, et les yeux ténébreux. Seul le teint palot de Léonova se différenciait de celui bronzé du tombeur du château.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonova Lestrange
Prefet
Prefet
avatar

Féminin Nombre de messages : 884
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Serpentard
Réputation : 26
Points d'expérience : 209
Date d'inscription : 12/06/2007

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: En couple
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Jeu 13 Aoû - 23:23

    [Hj : Et pourtant j’ai lu ta présentation pour la description physique... Bon je dormais debout quand j’ai fait ce post, alors j’ai du me tromper de couleur des yeux. Par contre, musculature fine ne veut pas dire pas musclée. Bien au contraire !]

    Léonova était désorientée par l’attitude désinvolte de la jeune poufsouffle. Elle n’avait jamais vu quelqu’un changer aussi souvent d’attitude, alors qu’elle était une spécialiste dans ce domaine là. D’ailleurs non, Anna ne semblait pas lunatique. Elle semblait complètement insouciante, comme si rien ne pesait ses épaules, jamais. Elle m’avait toujours fait cette impression. Et en ce moment, j’aurais donné cher pour savoir ce qu’est ce sentiment. L’insouciante. Cela faisait un moment que j’avais perdu la mienne, au profit de l’inquiétude et du poids de certaines décisions. Je pensais à Brad, qui avait seulement treize ans lorsqu’il avait décidé de me protéger, au péril de son confort personnel, et ce malgré la pression de son père. Je me demandai comment il avait fait pour supporter ça. Personnellement, je n’en pouvais plus de ne jamais avoir l’esprit tranquille. Etais-ce cela devenir adulte ? Je ‘en avais pas envie alors. Je voulais rester enfant. Quand je savais très bien que les mangemorts viendraient un jour me chercher, mais que cela me semblait tellement lointain que je m’en fichais.

    Je ne relevai même pas l’expression d’Anna lorsqu’elle aperçut la marque des ténèbres sur mon bras. J’avais l’habitude. Certaines personnes savaient mieux cacher leurs émotions que d’autres, Brad par exemple, et Anna n’avait pas l’air d’en faire partie. Mais était-ce une bonne chose ? A en voir Anna, la quelques-unes de mes chères convictions en prenaient un coup. Elle ne semblait même pas se soucier de montrer aux autres ce qu’elle ressentait, et avait l’air tellement heureuse. Moi, Léonova Lestrange, dite l’héritière, j’étais pour la première fois réellement confrontée à quelque chose que je ne comprenais pas. Et je n’aimais pas cette sensation. Je ne supportais pas l’erreur. Et comment faire des erreurs lorsque certaines données de l’équation nous étaient inconnues ?

    Je secouai la tête doucement, presque imperceptiblement. Montrer ses émotions est une faiblesse. J’avais toujours été élevée comme ça, et je considérais que cela m’avait réussit. Et pourtant, Anna semblait être la preuve vivante du contraire. Je l’ignorais encore, mais ces quelques minutes que j’avais passées avec Anna Parker me feraient réfléchir pendant très longtemps, des années après ma sortie de Poudlard. Si je n’avais pas été si préoccupée ce jour là, à cause de ce que Brad venait de me dire le matin même, peut être que j’aurais été imperméable à ce qu’Anna dégageait. Mais dans mon état d’incertitude, des failles se dessinaient dans ma superbe assurance. Pour l’instant, j’avais juste l’impression que ce sentiment de contrôler de moins en moins ma vie et mes émotions était insupportable. Je voulais que cela cesse. Je ne savais pas encore que je parviendrai à refouler tout cela, mais que cela ne durerait qu’un temps avant que toutes ces failles réapparaissent....

    « Ha… Cool alors. Parce qu’à ta tête, j’aurais vraiment pas cru. »

    Je ne savais pas quoi répondre. C’était évident que tout n’étais pas si rose que ça. Mais C’était quand même facilement compréhensible que je ne souhaite pas partager mes plus sombres pensées avec une fille que je connaissais à peine.

    Elle se mit à fredonner, puis rougit. Je ne comprenais pas vraiment ce qui se passait. Le reste de ses paroles m’éclaira. Bien sur. J’avais entendu parler de l’histoire de Brad et d’Anna, comme tout le reste de Poudlard. C’était si lointain que ça m’était sortit de la tête. Elle nous compara physiquement. Lorsqu’elle avait commencé sa phrase c’est marrant tu me fais penser à...″, j’avais laissé échapper un soupir. Oh non, pas elle. Je la pensais assez fine pour pas me faire la réfléxion. Mais c’est avec surprise que j’écoutai la suite. Brad ? Je n’avais jamais pensé à voir une quelconque ressemblance entre mon cousin et moi, et les personnes que je côtoyais non plus. Lorsqu’on me voyait, on voyait le sosie de ma mère, et on n’allait pas chercher plus loin. Anna avait décidément une façon bien à elle de penser. Radoucie par la suite de cette phrase, je lui répondit d’un air un peu plus chaleureux que la fois précédente.

    Ah ? Tu trouves ? Personne ne me l’avais jamais dit je te l’avoue. Tu es la première.

    Je notai dans un coin de ma tête qu’il faudrait que j’y pense la prochaine fois que je me regarderai dans un miroir. Il était vrai que nous avions tous les deux les signes distinctif des Black. Contrairement à ma tante par exemple. Une mâchoire prononcée, des cheveux noirs et raides, une démarche presque princière. Il n’y avait bien que mes yeux qui ne ressemblaient en rien à ceux d’un autre Black. Normal. Tom Jedusor m’avait légué ces yeux d’un bleu presque translucide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna Parker
7° année
7° année
avatar

Féminin Nombre de messages : 587
Age Réel : 28
Localisation : Ou tu veux, quand tu veux !
Emploi (ou maison) : Poufsouffle
Loisirs : profiter de la vie à fond
Réputation : 0
Points d'expérience : 129
Date d'inscription : 30/10/2005

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Célibataire
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Ven 14 Aoû - 12:55

[Hj : Ok, pas de soucis alors. J’ai modifié ma présentation hier, j’espère que tu as lu la nouvelle ^^. Et puis, de mon côté, je ne fais pas vraiment mieux, j’ai dis que tu avais les yeux ténébreux comme Brad alors qu’ils sont bleus… C’est à cause de l’avatar, j’ai vraiment l’impression qu’Anna a affaire avec la jumelle de Bellatrix ^^.]

Anna fut amusée par l’expression de Léonova. Elle paraissait quelque peu étonnée. Voici déjà un sentiment de la jeune fille qu’elle pu découvrir. Il était en effet difficile de rester de marbre face à Anna et son imprévisibilité. Sa façon directe d’aborder les gens, sans se soucier de ses paroles et de leurs conséquences, avait souvent cet effet chez ses interlocuteurs. Les autres avaient envie d’être francs avec elle. C’est ainsi qu’elle savait se faire apprécier des serpentards, aux plus grands étonnements des autres élèves, particulièrement des gryffondors. Jenifer Mattiews par exemple, l’une de ses meilleures copines, n’avait jamais comprit comment Anna pouvait être l’amis de certains vert et argent, comme May Eva.

Anna répondit, fière d’elle d’avoir été la première à trouver cela, et toujours très amicale :


« Eh bien, il y a un début à tout ! »

Elle lui fit un clin d’œil. Anna savait se lier rapidement avec les autres, et instaurer une relation de complicité. Les élèves étaient vite à l’aise en sa présence. Bien entendu, Léonova trouverait sans doute ce geste bien trop proche, alors que les deux jeunes filles venaient tout juste de se rencontrer. Mais Anna ne réfléchissait pas à tout cela… Elle était comme ça, et elle faisait toujours tout ce qu’il lui passait par la tête, assouvissant ses envies sans gène. Ainsi, elle était libre et bien dans sa tête. L’opinion des autres à propos d’elle, elle s’en fichait royalement. Elle n’avait pas d’ennemies à sa connaissance –a part certains mangemorts- et si elle avait commencé à se soucier du regard des autres, elle ne serait plus que l’ombre d’elle-même, ou alors tué par la honte. Avoir du culot et oser, c’était trop naturel chez elle. Et puis, elle aimait bien se sentir différente, unique en son genre. C’était souvent une remarque qu’on lui faisait, et jamais elle n’avait été blessée de cela. A quoi bon rentrer dans le moule et suivre les autres comme un mouton ? Anna n’avait qu’une seule vie et voulait la vivre à fond chaque jour.

Sans le savoir, ses paroles pouvaient être interprété de deux façons, ayant un double sens. Anna était la première à lui faire la remarque, mais cela pouvait aussi signifier que l’attitude chaleureuse de Léonova était un bon début pour faire connaissance. Anna, à qui rien n’échappait, observait souvent les autres élèves, à la recherche de ragots en tout genre. Elle savait que Léonova n’avait pas beaucoup d’amis et ne devait pas se lier facilement aux autres. Le plus souvent, son attitude était assez tendue, froide et pas très amicale. Pourtant cela n’avait pas repoussé Anna à faire sa rencontre, bien au contraire. Anna savait que connaître réellement les gens tels qu’ils étaient n’avait rien de semblable à se faire une idée fausse d’eux en les observant simplement. Les préjugés, très peu pour elle.

La poufsouffle pensait que tout sorcier était bon au départ, puis connaissait ensuite des événements et des malheurs dans sa vie qui faisait de lui quelqu’un de moins aimable. Il y avait forcément des raisons reliées à l’attitude de chacun, et donc du bon en chacun. Certains, comme Anna, savaient les surmonter et les dissimuler, n’affectant pas leur caractère naturel. D’autres plus vulnérables, comme May Eva, en étaient marqués à jamais et transformés intérieurement, ce qui expliquait une grande partie de leur comportement. Anna, connaissant les parents de Léonova, se doutait que sa vie et son caractère avaient été influencés par beaucoup d’événements passés. Elle ne devait pas paraître aux autres comme elle l’était réellement au plus profond d’elle.

D’ailleurs, Anna avait déjà vu Léonova se comporter de façon plus humaine, en présence de son petit ami, Enzo. La poufsouffle avait d’ailleurs parié avec l’une de ses camarades qu’ils finiraient ensemble ses deux là. Elle tacha d’en remercier la serpentard :


« Au fait merci ! Grâce à toi j’ai gagné 15 gallions. »

Voyant l’air incompréhensif de Léonova, Anna se rapprocha d’elle pour tout lui avouer. D’un air malin et complice, elle dit en chuchotant :

« Toi et Enzo, je savais que ça finirait par donner quelque chose ! »

Elle afficha un grand sourire satisfait, puis s’empressa d’ajouter sur un ton d’excuse:

« Mais, ne vas surtout pas croire que je t’observe, hein ! »

Anna avait été ravie d’apprendre la nouvelle de ce nouveau couple. Elle avait été bien entendu l’une des premières au courant de cette rumeur qui s’était rapidement propagée dans tout le château. D’une façon générale, chaque couple de sorciers à poudlard lui faisait chaud au cœur et plaisir à voir. Depuis le temps qu’Enzo et Léonova traînaient ensemble… Ils étaient vraiment beau tout les deux et on pouvait dire qu’ils s’étaient trouvés.

« En tout cas, j’suis contente pour vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonova Lestrange
Prefet
Prefet
avatar

Féminin Nombre de messages : 884
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Serpentard
Réputation : 26
Points d'expérience : 209
Date d'inscription : 12/06/2007

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: En couple
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Ven 14 Aoû - 14:23

    [Hj : Oui, j’ai vu que tu avais fais une nouvelle présentation, bien la mise en page d’ailleurs. Par contre, dans ton post, tu dis t’inquiéter pour les B.U.S.E.s, alors que au dessous de ton pseudo et dans ta signature, ton perso est marqué 6e année. En quelle année est Anna, 5 ou 6 ? .]

    Anna continua sur sa lancée, parlant avec moi comme si nous nous étions toujours connues. Un clin d’œil, un ton amical et amusé. Je m’étais dépêchée d’effacer toute trace d’incompréhension de mon visage, alors que ce sentiment était encore celui qui dominait dans ma tête. Je savais très bien que tous les êtres humains ne fonctionnaient pas pareil. Que tous ne se laissaient pas guider par leurs préjugés. Mais envers moi, même ces gens avaient semblé avoir fait une exception. Je n’avais rencontré que très peu d’élèves qui ne m’évitaient pas, et pour l’instant, tous étaient à Serpentard. Enzo, Brad, May. Mes relations se limitaient à mon cousin, ma voisine de chambre, que je commençais de plus en plus à apprécier, et mon petit ami. Hors, cette fille était à Poufsouffle. La maison pour lequel j’avais le plus de dédain après Gryffondor. Non, pas vraiment du dédain. Mais je ne les avais jamais considérés comme autre chose que des personnes inintéressantes. Parce que je n’en avais pas complètement consciente, mais j’étais une personne dont la vie était en partie régie par les préjugés que ma famille m’avait inculqués. Sang de bourbe, elfes de maisons, moldus, Poufsouffles, et pour des raisons plus personnelles Gryffondor avaient bien du mal à trouver une quelconque place dans mon cœur. Le choixpeau ne s’était pas trompé en m’envoyant à Serpentard. D’ailleurs, il n’avait même pas eu un instant d’hésitation. Il avait à peine effleuré ma tête pour se décider. Chose qui n’avait étonnée personne.

    Et pourtant, je ne croyais pas que la maison dans laquelle nous étions à Poudlard voulait tout dire. Peter Pettigrow était un gryffondor, alors que Severus Rogue était à Serpentard. J’étais une personne faite de contradictions. Parce que malgré tous ça, mes préjugés étaient toujours présent, préjugés que je détestais pourtant lorsqu’ils étaient dirigés contre moi. Je n’étais vraiment pas le genre de personne que l’on pouvait rentrer dans un moule, je n’étais absolument pas prévisible. Ma personnalité était scindée en deux parties, et il était clair qu’un jour l’une des deux prendrait de l’ampleur, et écraserait l’autre. Mais laquelle ? Même moi j’aurais été incapable de le dire, mais j’en avais la certitude. A l’époque, j’étais loin de me douter que tout ne serait pas aussi simple que ça. Que ces deux parties se battraient toujours en duel, et que le camp auquel j’appartiendrai ne serait pas toujours le même...

    Pour l’instant, je m’étais radoucie, l’attitude et la présence de cette fille ayant un effet positif sur moi. Mais lorsqu’elle me parla de son pari, mes traits se durcirent de façon presque imperceptible. Je n’aimais pas que quelqu’un d’autre que moi ou Enzo parle de notre histoire. Surtout pas pour prendre des paris.

    Ravie d’avoir pus t’être utile...

    Ma voix était teintée d’une douce ironie. Peut être qu’Anna serait trop naïve pour la percevoir, peut être pas. Les paroles qu’elle prononça par la suite me rassurèrent quelque peu. Au moins elle ne faisait partie de ses imbécile qui, jaloux, s’amusent à faire courir toute sorte de rumeurs ridicules quand à mon histoire avec Enzo. Philtre d’amour et compagnie, tous les jours j’en entendais des plus stupides que d’autres. J’étais habituée au rumeurs, et lorsque j’en entendait dans le couloir, cela ne faisait rien, mais gare à celui qui viendrait m’en parler en face.

    Anna semblait sincèrement ravie pour nous. Elle ne me connaissait pas, et il ne me semblait pas qu’elle soit proche d’Enzo non plus. Pourquoi serait-elle ravie ? En quoi est ce qu’elle pouvait s’en réjouir ? Toute trace d’ironie avait maintenant disparue de ma voix, j’avais baissé ma garde et était devenue de nouveau plus amicale.

    Heu... Merci. Sans être indiscrète j’avoue que je me demande en quoi cela pourrait te rendre contente.

    J’étais curieuse. Anna Parker M’intriguait vraiment et je voulais comprendre comment en fonctionnait.


Dernière édition par Léonova Lestrange le Lun 17 Aoû - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna Parker
7° année
7° année
avatar

Féminin Nombre de messages : 587
Age Réel : 28
Localisation : Ou tu veux, quand tu veux !
Emploi (ou maison) : Poufsouffle
Loisirs : profiter de la vie à fond
Réputation : 0
Points d'expérience : 129
Date d'inscription : 30/10/2005

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Célibataire
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Ven 14 Aoû - 21:26

Léonova était ravie d’avoir pu être utile à la poufsouffle. Anna ne releva pas l’ironie. Sa naïveté la poussait à voir la jeune serpentard comme quelqu’un de bien, et donc jamais elle ne se serait imaginé que celle-ci voulait se payer sa tête si tel avait été le cas. Rares étaient les personnes qui agissaient méchamment avec elle. Même si Anna se doutait que certains individus ne devaient guère l’apprécier –c’était obligé, il fallait de tout pour faire un monde- jamais en tout cas, ils ne lui faisaient du mal. Anna remarqua que la serpentard hésitait tantôt à se montrer amicale, tantôt à sortir les crocs. Elle ne devait sans doute pas savoir quelle attitude adopter. Après tout, beaucoup de serpentards avaient des préjugés sur les maisons, ou les origines. Mais lorsqu’une poufsouffle se montrait aussi amicale et détendue qu’Anna, il était dur de la détester sans lui laisser une chance.

Anna afficha un petit sourire face à la réflexion de la serpentard, comme si elle lui pardonnait son ignorance. Léonova ne comprenait pas, et ne pouvait sans doute pas comprendre pourquoi Anna était heureuse pour eux. Il n’y avait tout bonnement pas d’explication matérielle, c’était simplement de la gentillesse et de la générosité. Le couple ne devait rien à la poufsouffle, et cette union ne lui apportait rien (-mis à part les 15 gallions bien sur), excepté la joie de les voir ensemble, tout simplement.

Patiemment, Anna répondit, le ton calme, ce qui était plutôt rare chez elle, car son dynamisme et sa joie de vivre couvraient habituellement ses paroles :


« En rien. C’est juste le fait de vous voir ensemble, même si je ne vous connais pas… Pourquoi devrait-il toujours y avoir des explications derrière chaque sentiment ? »

Anna n’attendait pas vraiment de réponse. Elle avait dit cela tout simplement. Elle n’était pas philosophe, elle disait juste les choses au fur et à mesure qu’elle les pensait, spontanément. Elle ne se rendait même pas compte à quel point cette question pouvait porter reflexion, surtout chez les serpentards, qui cherchaient toujours une explication à tout, à chaque pensée, geste, parole, acte. Comme s’il devait toujours y avoir un avantage, un profit, une ruse ou un piège derrière. A force de se méfier de tout le monde, ils finiraient seuls. C’est pour cela qu’Anna ne pouvait être méfiante. La solitude était son pire cauchemar. La jeune fille était en plus légèrement clostrophobique.

Le nouveau couple du château avait fait d’autant plus chaud au cœur à Anna, parce qu’il s’agissait de deux serpentards. Elle savait combien ceux-ci étaient délicats et avait pu souffrir, la plupart étant des descendants de mangemorts. Il était d’ailleurs rare de voir des couples de cette maison, les serpentards évitant en générale de se lier pour ne pas se rendre vulnérable. Mais ne disait-on pas justement que l’union faisait la force ? Anna et Léonova avaient sans doute beaucoup de différences, que ce soit dans la façon de penser ou dans celle d’agir.

Comme cela ne ressemblait pas à la poufsouffle de rester sur une fin aussi songeuse et délicate, elle rajouta, détendant l’atmosphère :


« Tu étais venue pour nourrir les hiboux ou pour envoyer une lettre ? »

C’était sa manière de poser des questions, sans pour autant forcer l’autre à parler. Elle se doutait que Léonova était venue envoyer une lettre. Seuls quelques poufsouffle comme elle venaient régulièrement nourrir les petits volatiles oubliés, pourtant si utiles à tous. Si Léonova répondait simplement la deuxième hypothèse sans rien préciser, Anna devrait lui tirer les vers du nez pour en savoir plus ou comprenait que la serpentard ne voulait pas en dire d’avantage, selon l’intonation de la réponse. Dans tout les cas, c’était à elle de poser la question, car elle savait que les serpentards n’étaient pas de tempérament bavards, et encore moins du genre à raconter leur vie au premier venu. Mais qui ne tentait rien, n’avait rien. Et puis, de quoi parler d’autre si ce n’était du courrier, dans un tel endroit ? Anna n'aimait pas parler des cours, elle était déjà bien assez stressée pour ses BUSES comme ca. Anna attendait d’ailleurs la gazette, qui ne devrait pas tarder à cette heure… Elle y était abonnée. Elle avait toujours admiré la façon dont les hiboux pouvaient la retrouver, et ce, peu importe l’endroit dans lequel elle se trouve.


Dernière édition par Anna Parker le Sam 15 Aoû - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonova Lestrange
Prefet
Prefet
avatar

Féminin Nombre de messages : 884
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Serpentard
Réputation : 26
Points d'expérience : 209
Date d'inscription : 12/06/2007

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: En couple
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Lun 17 Aoû - 18:30

    J’haussai les épaules lorsque Anna me demanda pourquoi il devait toujours y avoir une explication, une raison derrière chaque sentiment. Pour moi la réponse était claire, et c’était bien entendu oui. Il y avait une raison. On était pas triste, heureux, déçu, excité et tout ce qui va avec pour rien. Là ou les gens voyaient une absence de raison, Je pensais simplement que la dite raison existait, mais qu’ils ne la connaissait pas voilà tout. Bien sur qu’il m’arrivait d’avoir une boule au ventre, l’envie de pleurer sans savoir pourquoi. Comme tout le monde. Mais c’était bien que j’ignorais la raison, et non qu’il n’y en avait pas. Je soupirai en pensant que les humains pouvaient se montrer décidément bien stupide lorsqu’il s’agissait d’expliquer quelque chose qu’il ne comprenaient pas. Stupides et cupides également. Je ne supportait pas les superstitions, qui expliquaient tout et n’importe quoi à l’aide de légendes et d’apparitions divines. La phrase de la jeune poufsouffle ne me poussa même pas à la réflexion. J’avais toujours été quelqu’un d’intelligent et surtout très philosophe, et j’avais réglé cette question dans ma tête il y avait bien longtemps. Pour moi, si Anna pensait de la sorte, c’était tout simplement qu’elle était humaine, et faisait partie de lot. Le fait qu’elle soit contente pour Enzo et moi s’expliquait sûrement par une bonté naturelle –encore une chose qui m’échappait, il fallait mériter ma bonté et mon respect – ou bien le fait qu’un rien la ravissait. J’en savais rien, je la connaissais pas assez pour ça, et à vrai dire, cela ne m’intéressait pas vraiment. J’avais toujours eu cette tendance à m’intéresser beaucoup plus à moi qu’aux autres. Tendance qui disparaissait naturellement lorsque l’autre était quelqu’un à qui je tenait, ou ma mère.

    Elle me posa une nouvelle question comme si elle voulait détendre l’atmosphère. Raté, je n’étais absolument pas détendue. Lorsque l’on me posait des questions de ce genre j’étais souvent sur la défensive. Or là en plus, j’écrivais à Narcissa, et je lui livrait la plupart de mes pensées les plus intimes. Je n’aimais vraiment pas les questions qui se rapportaient à moi. J’avais toujours eu un petit côté paranoïaque. Si bien que lorsque Cissy m’écrivait, elle rajoutait toujours un petit quelque chose qui me permettait de savoir que la lettre venait vraiment d’elle. Une petite précision qu’elle seule pouvait connaître, par exemple. Cela l’amusait, mais elle me respectait trop pour se moquer de moi. Elle m’aimait beaucoup et je le savais. Pas comme une tante, mais plutôt comme une mère et elle ne se formalisait bien sûr pas du fait que je ne l’ai jamais considéré comme telle. Chose qui étonnait la plupart des gens. La plupart du temps, les enfants adoptés ou bien élevés par quelqu’un d’autre que leur parents finissait par considérer un jour leur parents d’adoption comme leur vrai parents. Pas moi. Même si je vivait avec Narcissa depuis mes quatre ans et demie, j’avais un souvenir de ma mère qui l’empêchait. Un seul souvenir. D’une ou deux minutes pas plus. Mais qui s’était gravé dans ma mémoire. Je sortis de ma réflexion pour répondre à Anna, en essayant de ne pas laisser paraître le fait que je n’aimais pas trop ce genre de question. Je précisai rapidement le destinataire de ma lettre, en espérant qu’ainsi je n’aurais pas à faire à d’autres questions.

    J’envoyais une lettre bien sur. Pour moi il était clair que venir ici nourrir les hiboux était clairement une perte de temps. J’étais pas un elfe de maison quand même.A ma tante.

    Et, faisant un effort pour me montrer aimable et intéressée par la discussion, j’ajoutai.

    Et toi ?

    Je savait bien évidemment qu’elle venait d’envoyer une lettre, j’étais pas stupide, elle l’avait fait sous mes yeux. Je luis demandais ici non pas la raison de sa venue, mais bien le destinataire de sa lettre. Après tout je lui avais confié, et avec moi, c’était donnant donnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna Parker
7° année
7° année
avatar

Féminin Nombre de messages : 587
Age Réel : 28
Localisation : Ou tu veux, quand tu veux !
Emploi (ou maison) : Poufsouffle
Loisirs : profiter de la vie à fond
Réputation : 0
Points d'expérience : 129
Date d'inscription : 30/10/2005

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: Célibataire
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Mar 8 Sep - 11:33

[hj: je pense qu'il faut cloturer le sujet, vu que l'année a changée...]

Anna répondit simplement à la question de Léonova, pas le moins dérrangée du monde:

"A ma mère."

Anna ne savait pas de quelle tante il s'agissait. Elle ne connaissait pas la famille de Léonova, elle savait juste qui étaient ses parents, et qu'elle était cousine avec Brad Nelsen, mais rien d'autre. La famille des Black était bien trop grande et compliquée pour elle. Et puis, elle ne voulait pas être plus indiscrète qu'elle ne l'était déjà. Elle savait que les serpentards n'étaient pas du genre à raconter leur vie, ce qui était fort regrettable car la plupart étaient vraiment intéressantes.

"Je viens aussi nourir les hiboux au passage. Il faut bien que certains le fassent..."

Ce n'était nullement un repproche auprès de la serpentard qui semblait trouver absurde l'idée de nourir les volatiles, mais plutôt auprès des elfes de poudlard et des autres élèves en général. Tout le monde étaient bien content d'utiliser et d'exploiter ces volatiles, mais personne ne semblait se soucier de leur santé et leur bien être. Du profit et de l'égoisme à l'état pur. Certes, les hiboux étaient sensés être nourrit par les elfes, mais ceux-ci étaient parfois très occuppés à poudlard et il n'était pas garrantis qu'il passent tous les jours. En tout cas, pas pour la poufsouffle.

De sa poche, elle sortit du miam hiboux et jetta un wingardium Leviosa pour le déposer dans une grande mangeoir située à plusieurs mètres au dessus d'eux. Anna rangea ensuite sa baguette, alors que de nombreux volatiles se précipitaient et se battaient pour la nourriture.


"Il sont adorable !"

Déclara t-elle l'air rêveur alors qu'un grand duc s'acharnait sauvagement après une chouette lapone pour lui piquer son morceau. Anna rajouta ensuite, toujours aussi amicalement:

"Bon, je te laisse. Le devoir m'appelle. Il faut que je révise l'histoire de la magie pour les buses, et ce n'est pas une mince affaire ! Avec toutes ces dates à retenir, je m'y perd."

La poufsouffle afficha un air grave, mais paradoxalement toujours de bonne humeur, puis conclu à Léonova:

"A une autre fois peut-être !"

Elle lui fit un signe de la main en guise d'au revoir, puis repartit d'où elle était venue, en sautant à cloche pied. Allait-elle réviser? Nul ne le savait... Peut-être trouverait-elle une autre occupation plus intéressante pour échapper à son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonova Lestrange
Prefet
Prefet
avatar

Féminin Nombre de messages : 884
Age Réel : 26
Emploi (ou maison) : Serpentard
Réputation : 26
Points d'expérience : 209
Date d'inscription : 12/06/2007

Feuille de personnage
Secret/Particularité/Pouvoir spécial:
Situation amoureuse: En couple
Parents: Sorciers

MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   Dim 13 Sep - 11:28

[Hj : tu peux vérouiller Mi-Lie, je pense pas que j'aurais le temps de répondre.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Volière Vide (pour l'instant) [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Volière Vide (pour l'instant) [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement en solo (pour l'instant) [libre]
» Rien que pour un instant [PV Merlin]
» Viens boire un coup et t'en auras pour ton argent [Libre]
» Petit Paradis => Mâle => Léopard [ Non libre pour l'instant ]
» Noël, une fête plutôt triste pour certains … (Libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
..::PoUdLaRd4eVeR::.. :: ..::LES TOURS::.. :: ..::*La tour ouest*::.. :: La volière-
Sauter vers: