AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Nous recherchons des persos adultes (mangemorts, profs, personnels, commercants, etc),
mais si vous tenez vraiment à jouer un élève, sachez que la maison des serdaigles vous 
acceuillera à bras ouvert car elle à grand besoin de votre activité pour la booster !
 
!!! Pour le passage des élèves pour l'année 2010/2011, merci de lire ceci. !!!

Partagez | 
 

 Enzo Lukawski

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Enzo Lukawski   Sam 28 Fév - 17:38

Nom et Prénom: Enzo Lukawski

Maison : Serdaigle

Année : 11 ans, donc première année.

Physique: Enzo, prénom qui semble italien, a en réalité bel et bien la bouille d'un petit polonais. Pommettes gonflantes au moindre sourire et rougissant au moindre froid au moindre gêne... Il est d'un blond cendré prononcé laissant un éclaircissement visible de sa peau claire et blanche comme neige, un peu voir tout le temps décoiffé et incoiffable laissant une impression de laissez aller sur le coup. Son regard a encore l'expression, la douceur et la finesse de l'innocence d'un enfant mais méfiez vous... c'est en regardant les yeux vert émeraude de cette petit bouille qu'on voit qu'il n'a pourtant en rien d'un innocent et docile enfant. On n'y lit non pas de la malice mais une certaines mélancolie et joie à la fois, une sorte d'expression antithétique, reflet d'un passé enfui. Son corps n'est autre que celui d'un chérubin de onze balais : on n'y discerne pas encore de musculature, sa peau est aussi blanche qu'un cachet, il est assez petit pour son âge et d'une taille "dans la norme" donc ni gros ni squelettique. Cependant il y a "un quelque chose" qui fait qu'il n'est pas comme les autres. Effectivement, le jeune garçon a hérité de "l'habitus" que détaille le sociologue moldu Bourdieu : l'habitus bourgeois. Le regard plutôt hautain, le cambrage non hésitant, spontanée sans être vif, l'aisance corporel et vocale : et malgré cette réfutation du corps, le garçon ne peut s'empêcher de reproduire les seules manières qu'il connait. Bien entendu il ne se promène pas avec le pantalon troué : son uniforme de Poudlard sera bien évidemment tissé par une main de maître, le tissu ne sera pas n'importe lequel, il devra être à la fois neutre et distinguable des autres par sa coupe et son identité. Bref le milieu duquel il émerge est bel et bien repérable dans son apparence et dans son comportement et cela se voit encore plus quand le garçon se met en scène dans le chemin de traverse, qu'on le voit rentré dans les grandes échoppes, ou encore quand il fait un duel de magie avec des manières et un accoutrements particulièrement typical. Mais l'est il dans son éthique, dans ses valeurs ? Son regard mélancolique et ses gestes parfois impudiques et décalés, son comportement parfois désinvolte, pourrait bien prouver le contraire.

Caractère (en rapport avec votre maison): A vrai dire, Enzo ne se pense pas. Il pense le monde et se fiche pas mal de l'apparence qu'il peut donner aux autres. Il est donc insoucieux. Le mot peut apparaître péjoratif mais dans bien des situations il peut être une vraie qualité : ignorant des moqueries, insensible aux fourberies, gentiment docile "la plupart du temps", bref insoucieux ! Il est aussi très réfléchi derrière quelques gestes dépassant la morale et quelques écarts au règlement. Il pense le monde comme dit au dessus, il aime à croire qu'il peut bâtir de grande théorie sur ce qu'il entoure. Il regarde le monde des adultes d'une manière très observateur, jeune insouciant mais jeune penseur et... jeune cultivé ! Eh oui, malgré qu'il réfute ses origines, il a eut le privilège immense d'hériter de Bourdieu, de Levi Strauss comme les citations en font part mais encore de bien d'autres tels que la grande littérature, les voyages au bout du monde, les musées, l'opéra, l'art en général, les cours particuliers de diction, de français, le passé familiale... bref, un véritable capital culturel qui lui offre les portes du savoir théorique et... magique ! Car c'était bien entendu le garçon de la famille, le petit dernier, qui héritait de son grand don et qui devait donc impérativement rentrait dans la prestigieuse école en sachant TOUT : il dévora donc les livres de magie, pratiqua intensément avec la salle aménagée qui avait déjà servie à mainte génération et avec l'illustre professeur grand sorcier, attitrée de l'ordre de merlin... parce que si l'école était prestigieuse, rien n'empêchait le fait qu'il y avait aussi la vermine et donc que le nom de Lukawski devait être préserver et imposer. Il est aussi quelqu'un de plutôt enjoué tant que son passé ne le rattrape pas mais en même temps sociable et mystérieux, contradictoire et paisible, rêveur et terre à terre. C'est un "médiocritas" : pôle de contradiction qui fait sa personnalité.
Après avoir connu la rébellion et l'oppression, l'enfant continue sur cette trajectoire : même à 1430 km de cette famille, il poursuivait sa révolution contre cet ordre trop parfait. Il aimait donc à la fois jouait le jeu du parfait écolier et magicien tout en étant le parfait bonhomme défiant un règlement : sortir la nuit, quitter son dortoir, sécher un cours, rendre un devoir en retard, ne pas aller en retenue, se rendre dans la forêt interdite, sortir en cachette par les souterrain pour aller à préaulard chez farces et attrapes, quitter Poudlard pour aller à Londres le weekend... il faut s'y attendre avec cette énergumène quiet à faire perdre des points à sa maison : à travers cette révolte, il en est devenu égoïste bien que pour l'instant il ne s'en rend pas compte. Il a dressé un combat farouche entre sa famille et lui, ne pensant plus qu'à son propre confort, chose qui se répercute aujourd'hui. Il n'aime pas particulièrement embêter les autres, au contraire il préfère communiquer avec eux, même s'ils font partis d'une stratégie parfois élégamment élaborée. Mais il aime embêter ceux dit de son milieu. La finesse de la diablerie coule dans son sang entre autre. Il est aussi pourri gâté engendrant un enfant exigeant, têtu, fier. Qui s'y frotte s'y pique ! Il a horreur de la défaite et de l'injustice : il se prône comme justicier, à sa manière.

Histoire:

* Enfance : L'enfance d'Enzo n'est autre qu'une enfance de bourgeois. Il naquit un jour où l'hiver pointerait bientôt son nez : le treize décembre 1998. Ce jour était glacial et l'accouchement fut compliqué, sa mère dû subir un déclenchement mais sinon tout se passa bien, ce que regrettera bien entendu le nouveau né dans quelques années. Ce premier jour, cette première respiration, ce premier cri étaient autant de signal d'alarme qui lui disait : maintenant tu es le nouveau héritier, le petit prince du domaine, celui qui sera bourgeois. Et si seulement à cet âge il aurait était apte à penser et comprendre, il serait repartit directement de là où il venait.
Sa famille n'était autres que la grande famille de noble : les Lukawski ! En Pologne, les noms finissant par ski ou çki sont comme les particules "de" "von"... bref, les particules signalant une famille hautement embourgeoisée. Devant lui, il avait une soeur de 10 ans son ainée et deux ans plus tard suivra un petit frère.
Lors de sa naissance, un autre événement vint nourrir le prestige de cette famille : la soeur du paternel venait de se fiancer à une autre grande famille mais italienne. Cela marqué une nouvelle alliance entre grande famille à la fois bourgeoise mais surtout magique. La tante avait épousé un sang pur bourgeois ! Quoi de mieux ? Pour marquer le respect à cette grande famille qui faisait son entrer dans le grand réseaux familiale, on prénomma le nouveau né Enzo.
Fier de ce nouveau héritier, et envisageant déjà le suivant comme dans une ruche où la reine pond, on commença à "préparer" la pensée du garçon. Tout devait être fait vite : il devait vite marcher, vite être propre, vite commencer l'éducation. On le gavait de nourrice, de livres, de jouets EDUCATIFS. Les parents étaient entourés de conseillers familiaux hautement reconnus bien sur. Et puis bien sur et avant tout : il devait vite apprendre la magie ! Étant donné qu'on ne pouvait mettre une baguette dans les mains du garçon avant onze ans, on décida qu'il apprenne ! Alors à deux ans, on lui montrait des artifices rouge et vert qui l'amusait beaucoup d'ailleurs, ensuite à cinq ans il apprenait les sorts domestiques, à huit ans on lui apprenait les sorts de lévitation, à dix ans on passait aux sorts de défense et d'attaque pour qu'il soit le mieux efficace et le mieux armés et surtout les mieux vus à Poudlard ! Ainsi les sorciers de l'ordre de Merlin passait devant lui et lui montrait consciencieusement "comment il fallait faire" et dès qu'il sera apte à tenir sa baguette, il devra faire tous ces sorts par lui même. Et grand prodige et tradition de la famille, on lui apprenait à "penser le sort". Le discours de son paternel était " A quoi bon une baguette quand on est un bon sorcier ? Penser suffit. " C'était le fameux privilège de pouvoir lancer un sort rien qu'en le pensant et sans baguette. Bien entendu le garçon ne réussi qu'avec un sort : Accio, le reste ne vint jamais au grand désespoir de son père et de sa mère. Et à la joie du garçon qui défiait la volonté familiale ! Mais voilà il n'y avait rien de marrant dans la découverte de ses pouvoirs car en fait il n'y a pas eut de découverte, on lui révéla et on lui força de se révéler... Tout était toujours comme ça : jamais de surprise, jamais de désir, jamais d'envie, toujours un programme, des devoir faire et devoir être oppressifs.

Et puis un jour une opportunité se présenta à lui pour défier toute cette légitimité qu'il devait hériter. Son père avait, pour faire bon bourgeois, créé un orphelinat qui accueillait bien sur, pour respecter les valeurs, des sorciers en perdition mais "à fort potentiel" à savoir : les sangs purs. Enzo prétextait vouloir prendre exemple et il se rendait donc quasi tout le temps avec son père pour "voir". Là bas il y voyait des gens totalement différent : bons de coeur, doués, pauvres mais riches de coeur. Il n'avait qu'un objectif :les rejoindre. C'est là que commença ses fugues répétitifs malgré les coups de fouets (encore très usés en Pologne). Là il rencontre un enfant de 12 ans, alors que lui en avait 8. Il était japonais et avait déjà une baguette ! A deux ils faisaient de la magie, ils riaient, ils jouaient aux billes. Et un jour le paternel découvrit le poteaux rose. L'enfant japonais fut envoyer à l'est de la frontière, dans un autre orphelinat. Il fut aussi découvert qu'il n'était pas sang pur. La correction fut intense pour Enzo... depuis ce jour,il se jura que jamais il ne sera comme sa famille. La guerre était déclarée. Et la magie sera un puissant atout.


* Scolarité avant Poudlard (2 lignes minimum) : Il suivait les cours particuliers que lui imposait son paternel. Ses moments de socialisation se faisait dans des voyages, avec la famille, dans des sorties, des rallyes. Bref là où toute la crème peut vivre. Seulement il ne suivit jamais une scolarité normale car il y avait aucune école faite pour "les gens biens" et trop peu de bourgeois pour en créer une en Pologne... d'où les cours particuliers de gens tous sorciers de sang pur, Ordre de Merlin et reconnus.

* Première découverte de ses pouvoirs : Étant donné que c'était là son histoire, je ne répéterai que ce qui a été dit précédemment. Il n'y eut aucune découverte. On lui a annoncé et montré comme on dit que papa et maman font tel travail. C'était tout bonnement normal et naturel. La fierté se lisait dans le patriarche qui voyait là la façon la meilleure de transmettre l'héritage et de faire perdurer dans le temps les Lukawski comme le faisait sa tante et comme le ferait sa soeur... Autant dire que la découverte entre guillemets de ses pouvoirs fut accompagnée de l'éthique des sangs purs : un sang pur était un vrai sorcier aux dons particuliers, les autres faisaient partis de l'étiquette inférieure dans l'évolution qu'avait dressé son père. C'était là le champs d'attaque du garçon qui refusait pertinemment cette façon de penser.

Situation familiale: Il a donc une soeur actuellement âgé de 21 ans. Brillante sorcière, suivant la lignée familiale et rejetant son petit frère bien entendu. Elle est déjà promut à la deuxième plus grande famille de Pologne. Après il a de nombreuses tantes, de nombreux oncles, de nombreux cousins et cousines, un père et une mère, un petit frère de 5 ans... enfin la famille traditionnelle qui se réunit au moins une fois par mois chez tout le monde, où les voyages ne se font jamais sans eux, où ils sont avertis de tout dans la minute qui suit la nouvelle... une famille excentrique, bourgeoise et pourrie. Sa tante est l'élite là dedans, à la grande jalousie de sa mère : elle a épousé un italien fortuné et bourgeois faisant ainsi une belle alliance de magie et de pouvoir. Le but étant bien sur d'agrandir le cercle. Et autant dire tout de suite qu'Enzo est promut à un avenir tout tracé, va t-il s'en sortir ?

Origines: Enzo est né à Łódź deuxième grande ville de Pologne placée en son centre.

Situation amoureuse: Néant ^__^

Loisirs (si possible de sorcier !): Tout ce qui a attrait à la culture peut l'attirer. Pour faire une bref énumération on peut citer : l'art en général recouvrant l'opéra, le théâtre, la lecture, l'entrainement à la magie subtile, le quidditch. Mais il s'est voué à des choses plus populaires comme les billes qu'il aimait pratiqué sur les bouches d'égout où il trainait à l'orphelinat, chose particulière pour un enfant. Il est attrait aussi aux jeux de logique : puzzle, dominos. Et puis surtout, malgré ses origines polonaises, il adore le Japon. Là bas il a découvert une magie totalement différente de l'est et de l'occident. C'est plus mystique, hautain et significatif, naturel, respectueux, paisible. Il s'est hautement intéressé à cette culture et cette magie dont il aime aujourd'hui se prêter à la subtile mise en scène.

N'aime pas: Bien évidemment il DETESTE sa famille. Cachant là bien des secrets. Il la hais comme il n'a jamais autant hais quelque chose ou quelqu'un. De là découle qu'il hais la bourgeoisie, ses contradictions, ses normes et ses contraintes et surtout sa mentalité. De là aussi en découle qu'il déteste l'injustice et la pauvreté malgré la richesse qu'il réfute. C'est ici un discours subtile dont chaque mot est pesé. Et puis il déteste les légumes... tout ce qui l'intéresse c'est les bonbons de toutes les couleurs et bien collants, mais pas les caramels ! Et tant qu'à faire il est aussi arachnophobe : il se rappellera toujours de ce jour où son cousin a voulu lui faire une blague en ramenant une sorte de mygale qui faisait trois fois sa taille au château... il tourna vite de l'œil pour se retrouver ridiculement dans un lit d'hôpital avec toute la famille réunit, pleurant à chaude larme et cinq mille infirmiers, médecins, et autres autour de lui.

Couleur préférée: Bleu
Animal préféré: Chat
Signe particulier: Aucun



Et enfin, répartissez 10 points dans les domaines suivants:

Connaissance magique: 3
Puissance magique: 3
Humour: 1
Humour noire: 1
Gentillesse: 1
Méchanceté: 1[b][i]
Revenir en haut Aller en bas
 
Enzo Lukawski
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Entretien avec Enzo Blackney
» Enzo - croisé bichon et caniche - 10 ans (94)
» les reçits de moha et toi aussi ........
» IKOMA MYAMOTO ENZO
» Guillaume vient chercher Nathalie Estève.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
..::PoUdLaRd4eVeR::.. :: Hors Jeu :: Présentations :: Elèves Serdaigle-
Sauter vers: